vendredi 30 septembre 2016

Les Choses s'installent et trouvent doucement leurs places dans ce nouvel espace, bientôt des photos de la nouvelle installation dans l'espace du jardin.

Les anciennes présentations sont presque toutes en intérieur vu le matériau :

Les Choses-recherches pour le film de Jean Michel Perez


Le théâtre des Choses au musée de Gap


La “pierre de papier“ (papiers spéciaux, résines, nacres, perles de verre,...) que j'ai aboutie au bout de 3 années de recherches, est le matériau  de base de tout ce travail.





mardi 20 septembre 2016




Pour Présences  “ d’Ephémère “ je réalise depuis plusieurs mois, un énorme travail physique de débroussaillage, jardinage, plantations,…pour la création d’espaces de présentation.

Scénario pour un chaos organisé 1994 - 2001 est un ensemble d’installations dont certaines son prévues pour le jardin, même si elles sont incomplètes (ventes, destructions...) elles sont autres, mais pourtant semblables.


Les hétaires “les 30 tyrans“ 


Présentés à Marseille en 2001, ils prennent place aujourd'hui dans le jardin pour présenter un état d'Ephémère.


 

La volonté est de réaliser un lieu d’artiste où les oeuvres anciennes vont s’intégrer comme si elles avaient été prévues pour être là, bien que sorties de leur contexte premier. Ici, elles trouvent une nouvelle raison d'être avant leur disparition.

Ce lieu restera un lieu privé qui ne s'ouvrira que très exceptionnellement lors de rencontres événements.








mardi 13 septembre 2016

Présences  “ d’Ephémère“   

Depuis les années 2000, mes recherches sur le double, la rémanence, le reflet et au-delà…m’ont conduit vers des réalisations de plus en plus immatérielles : 
vidéos, photos projetées, performances, lumière…

présentées au public lors de grandes installations virtuelles…les oeuvres anciennes n’ont plus été exposées.

Et si il était encore temps? Les guetteurs 
présentés en 1994 à la galerie du château de Servières - Marseille


Tout commence par un nouvel atelier à Saint Raphaël
Une maison méditerranéenne et un grand jardin…..ou plutôt une “jungle“ non domestiquée.

La volonté est de réaliser un lieu d’artiste où les oeuvres anciennes vont s’intégrer comme si elles avaient été prévues pour être là, bien que sorties de leur contexte premier.
Elles seront mises en situation dans le jardin, pour une présentation du parcours de l’artiste: Martine Viala présentant “des états de quête“





 Je suis plasticienne installationniste, chaque présentation est différente en fonction du lieu : donc unique et éphémère.
Depuis plus de 30 ans mon travail réfléchit : le passage, la porte, l’Entre,…de la naissance à la mort et même au-delà. 

Des états éphémères dont le sens est enrichi par la mise en situation.





Régulièrement je ferais état des avancées du jardin et préciserais ma démarche.

lundi 7 décembre 2015

Une nouvelle série

      

                                                         Porteuse(s) de lumière de crépuscule

   

    Obscur, obscurantisme,…. quelque chose d’informe se répand sur l’humanité…  


… agonie d’humain

… perte d’être 
… disparition totale

    Réfléchir l’impossible fin
perte
du souffle primordial
du bruissement de la mémoire
du rêve de lumière







Avec les Porteuses d’Ombre (1995…2005) les Veuves crient, luttent, sont vivantes.

Les Porteuses de Lumière de crépuscule ne sont plus que des ombres face à un monde  “in-humain“ de  “clones-machines“ ou mutants appareillés.

Ce travail porte sur l’ambiguïté d’un devenir humain, par la mise en avant du double projeté : 

reflet d’ombre errante dans le mouvement du temps mis en question

    

dimanche 1 novembre 2015

Le temps change


La saison devient propice aux travaux intérieurs....montages vidéos....
                                          ....bientôt de nouveaux films sur Dailymotion et sur Youtube



En attendant, les 52 films de création et de recherche de Martine Viala sont toujours présents et consultables sur le site du Musée Muséum Départemental  et sur le site de Martine Viala : www.viala-art.fr




mercredi 9 septembre 2015

Venise m'attire toujours autant et dynamise mes recherches


L'agua alta et ses reflets...
                                      la biennale pour ses propositions et ouvertures...ses déceptions parfois...





Venise m'attire toujours autant et dynamise mes recherches, j'aime jouer avec les oeuvres et leurs images dans cette foule cosmopolite où se rencontrent des touristes, des amateurs d'art, des artistes...

Ici le temps n'a plus la même durée, cet espace est un ailleurs où notre démarche s'interpénètre avec toutes les autres : si différentes et pourtant si cohérentes.